Statistiques

Trafics portuairesGouvernance

Premier port exportateur de cacao au monde

Trafics réalisés au port de San Pedro

Le trafic origine/destination, initialement fixé à 3 800 000 tonnes, a été ramené à 3 650 000 tonnes soit une baisse de 4%. La synergie des actions de l’ensemble des acteurs portuaires face à la pandémie de la COVID-19 a permis de réaliser ce nouvel objectif à 109% avec 3 967 394 tonnes.

Le trafic global de marchandises à fin 2020 s’établit à 4 755 833 tonnes, en baisse de 6% par rapport à son niveau de 2019. Le taux de réalisation du budget 2020 révisé est de 105%.

Ce trafic annuel se compose de 62% de produits d’exportation, de 21% de produits d’importation et de 17% de marchandises en transbordement.

Le trafic origine/destination réalisé à 109% des objectifs budgétaires révisés est sensiblement identique à celui de 2019 (4 015 533 tonnes). Cette performance est imputable aux dispositions spécifiques prises par l’Autorité portuaire en synergie avec l’ensemble des acteurs de la place portuaire pour assurer la continuité des activités malgré la COVID-19. Le transbordement connait cependant une baisse de 25% par rapport aux réalisations de 2019.

Au 31 décembre 2020, le trafic import se situe à 1 016 474 tonnes, sensiblement identique à son niveau de réalisation en 2019. Le taux d’exécution du budget 2020 se situe à 107%. Ce résultat est imputable principalement à la bonne tenue des produits cimentiers (+2%). À fin 2020, le trafic des produits cimentiers se situe à 632 044 tonnes, en hausse de 2% par rapport aux réalisations de 2019. Le taux d’exécution du budget 2020 révisé (559 000 tonnes) est de 113%. Il importe de noter que la performance des produits cimentiers a été ralentie en début d’année par l’effet conjugué de la concurrence dans le secteur du ciment et la fermeture des ports d’approvisionnement de l’Asie et de l’Europe touchés par la pandémie de la Covid-19, en comparaison au trafic réalisé en 2019. Le trafic des produits alimentaires, dominé par le blé, connait une progression de 15% en 2020. Le taux de réalisation du budget 2020 se situe à 121%. La meilleure organisation des escales des navires céréaliers au terminal à conteneurs a permis d’atteindre cette performance. Le trafic annuel des engrais s’établit à 43 786 tonnes pour une prévision de 53 879 tonnes au budget 2020. Les volumes enregistrés sont à mettre au compte de l’implication du PASP dans l’appel d’offres d’approvisionnement en engrais des sociétés cotonnières ivoiriennes en relation avec les importateurs de cette spéculation et des dispositions prises pour l’installation à San Pedro de nouveaux importateurs. Les divers produits à l’import sont réalisés avec 291 111 tonnes, en baisse de 10% par rapport à 2019. Le taux d’exécution du budget 2020 se situe à 101%. Ce volume est constitué essentiellement de matériaux de construction et d’équipements (chantiers TIPSP, Université, Stade, Hôpital général), ainsi que du trafic de la chaux. La réalisation du trafic des divers à l’import a cependant été ralentie par les retards d’exécution des travaux suscités du fait de la pandémie Covid-19.
Les réalisations du trafic de transbordement se situent à 788 439 tonnes, en baisse de 25% par rapport aux réalisations de 2019. Le taux de réalisation du budget 2020 est de 88%. Le recul du volume de trafic en transbordement est imputable à la baisse des activités en Europe (France, Belgique, Espagne, Italie), principale origine du trafic transbordé à San Pedro.

Au 31 décembre 2020, le volume des marchandises à l’export s’établit à 2 950 920 tonnes, représentant 109% du budget 2020. Les exportations ont été tirées par les trafics de cacao, caoutchouc, nickel, huile de palme et coton.

Le trafic café cacao s’établit à 1 062 204 tonnes, soit un taux de réalisation de 100% du budget 2020. L’animation du Comité local de Concertation et de Suivi des Exportations du café cacao du port de San Pedro a permis de lever régulièrement les entraves au passage de ce trafic. Les actions ont porté notamment sur l’accroissement de la productivité jour, l’obtention de dérogations exceptionnelles pour la sécurisation des opérations de nuit et la mutualisation des moyens en vue de la compétitivité de la chaine logistique terrestre et documentaire.

Par ailleurs, des mesures spécifiques ont été prises pour le bon déroulement des exportations de cacao :

  • renforcement des vérificateurs douaniers faisant passer leur nombre de deux (02) à quatre (04) agents, afin d’accroitre la célérité dans le traitement administratif des dossiers d’exportation ;
  • échanges avec les armateurs en vue d’obtenir la disponibilité de conteneurs en quantité et en qualité requises ;
  • régulation intérieure des encombrements de camions aux différentes entrées des terminaux du port de commerce et des mesures de sécurité prises par le
  • commandement de la 5ème légion de gendarmerie ; contribution de la Préfecture de police pour le renforcement du dispositif sécuritaire sur les axes principaux de desserte du port de San Pedro ainsi qu’à l’intérieur de la ville.
Le trafic caoutchouc se situe à 263 349 tonnes. Le taux d’exécution du budget 2020 est de 106%. La bonne tenue du trafic caoutchouc est induite par la mise en production et de l’accroissement des capacités d’usinage des opérateurs du secteur. Cela a permis d’absorber une partie du surplus de production de l’hinterland national de caoutchouc. Par ailleurs, l’installation de la Délégation Régionale du Conseil Hévéa-Palmier à Huile (CHPH) à San Pedro courant janvier 2020 a permis de faciliter les autorisations préalables à l’exportation des stocks en direction des sociétés de pneumatiques MICHELIN, GOOD YEAR, FIRESTONE. En ce qui concerne les palmes et dérivés, dont l’huile de palme est majoritairement exportée par cabotage à Abidjan, les réalisations à fin 2020 se situent à 148 063 tonnes, en baisse de 13% par rapport aux réalisations à fin 2019. Au niveau du trafic cajou, les exportations démarrées au mois d’avril 2020 se sont poursuivies malgré la Covid-19. Le PASP a apporté l’assistance nécessaire aux chargeurs de cajou afin de leur permettre d’évacuer les stocks disponibles sur San Pedro. Au 31 décembre 2020, le trafic cajou se situe à 15 673 tonnes exportées essentiellement vers l’Asie, soit un taux d’exécution du budget 2020 de 156%. Le trafic coton se situe à 81 687 tonnes, en baisse de 21% par rapport à fin 2019. Le taux de réalisation du budget 2020 est de 91%. Ce trafic a été impacté négativement par les reports d’expédition des chargeurs, occasionnés par la fermeture des usines de textiles dans les pays asiatiques en raison de la Covid-19, le renforcement du contrôle aux frontières terrestres et l’application par la CEDEAO des sanctions économiques contre le Mali suite au coup de force militaire du 18 août 2020. Le trafic nickel 2020 se situe à 1 065 886 tonnes, représentant 108% de l’objectif budgétaire 2020, en hausse de 9% par rapport à son niveau de 2019. La bonne rotation des camions entre le site de la mine (TOUBA-FOUNGBESSO) et le Port de San Pedro, en vue de réaliser la prévision de 3 navires de 42 000 tonnes chacun, a été perturbée au premier trimestre 2020 du fait des mesures restrictives de lutte contre la Covid-19 (instauration du couvre –feu) d’une part, et par les mouvements sociaux dans la région de BANGOLO, d’autre part. Avec l’assistance du PASP, la flotte de camions du client exportateur des minerais de nickel, a été renforcée en vue de poursuivre le transport du minerai vers le port de San Pedro et permettre ainsi de réaliser les opérations d’exportation. Contrariées en début d’année 2020 en raison de la réalisation des travaux de la voie d’accès à la mine d’IVOIRE MANGANESE située sur l’axe routier KANIASSO-KOROOULE-ODIENNE, les exportations de manganèse au titre de l’année 2020 ont démarré finalement au mois de juillet 2020. En raison de ce démarrage tardif, le PASP a autorisé la réalisation d’une opération test de 10 400 tonnes en vrac au terminal polyvalent commercial. Au 31 décembre 2020, le trafic de manganèse se situe à 15 483 tonnes, représentant 195% des prévisions 2020. Au 31 décembre 2020, les diverses marchandises à l’export sont en baisse de 15%, soit 247 521 tonnes contre 290 817 tonnes à la même période en 2019. Ces produits sont essentiellement constitués des autres produits de la sidérurgie (palettes métalliques utilisées pour l’entreposage du caoutchouc usiné de SOGB et SAPH), de noix de coco et de son de blé. Le recul est imputable à l’arrêt de l’exportation des matières brutes animales et végétales vers les usines de transformation en Europe.
À fin 2020, les escales enregistrées s’établissent à 388 navires contre 432 navires à fin 2019, soit une baisse de 10%. Et le taux de réalisation budgétaire est de 99%.
Le débit de conteneurs se situe à 219 368 EVP à fin décembre 2020 en baisse de 17% par rapport à fin décembre 2019 (263 819 EVP), avec un taux de réalisation de 96% des prévisions budgétaires.
Aller en haut de la page